LA PREMIÈRE GIFLE

 
Je suis sorti de cette situation avec…
 
30 livres en surpoids.
25 000$ de dettes.
Une addiction à l’alcool.
 
À l’époque, j’avais 18 ans. 
 
J’étais aux études à l’université. 
 
Je travaillais comme journalier étudiant dans une usine.
 
Je vivais les hauts et les bas de l’étudiant universitaire qui se sent complètement débordé par la combinaison du travail et des études (je sais, je n’avais rien vu)
 
Puis…
 
Un jour entre dans ma classe une fille qui dit absolument tout ce que je veux entendre à cette époque de ma vie…
 
Elle propose une opportunité de faire plus d’argent et avoir plus de temps libre pendant mon été.
 
Cette fille représente un franchiseur d’entreprises de peintres étudiants.
 
Elle fait le tour des classes en administration des affaires pour nous offrir l’opportunité d’avoir notre propre franchise.
 
Le portrait est parfait! 
 
Avoir sa propre horaire, des employés, de l’argent. Le rêve quoi.
 
Histoire courte, je passe le “processus de sélection”. Je suis choisi. Youpi.
 
Je suis un entrepreneur peintre étudiant. À moi la gloire!
 
Rapidement, je réalise que pour avoir l’argent promis, je dois travailler. Merde!
 
Elle n’a comme pas mis l’emphase sur tout ce qui doit être fait pendant le processus:
 
Enregistrement d’entreprise…
Prêt à la banque…
Achat de matériel…
Apprendre à peindre (j’avais oublié ce détail)…
Apprendre à faire des soumissions…
Commencer à vendre…
Recruter des étudiants dans les écoles secondaires et collèges pour devenir des employés 
Mobiliser et gérer les fameux employés…
Bâtir un horaire de travail…
Trouver un entrepôt pour le matériel…
Changer mon auto pour une mini-van
Acheter le matériel de promotion...
Trouver des clients en porte à porte…
Conclure une entente avec un magasin de peinture…
Comprendre quelles peintures mettre sur quelles surfaces, à quelle température…
Connaitre les mesures de sécurité avec les échelles de 32 pieds…
 
Imaginez le scénario.
 
Je n’ai jamais entrepris quoi que ce soit. Je ne connais aucun entrepreneur, ni dans ma famille, ni ailleurs.
 
Moi, je voulais l’argent et la liberté pour l’été.
 
Je me retrouve à passer l’hiver à faire du porte à porte avec des étudiants du secondaire qui n’en ont rien à foutre.
 
À vendre et signer des contrats avec des clients à qui je promets un travail de qualité alors que ni moi, ni mes “employés pas encore engagés” ne savent vraiment peindre.
 
Je n’ai aucune idée si mes soumissions sont rentables ou non.
 
Je. Stress. Solide.
 
Je me tourne donc vers les beignes le matin, la cigarette à profusion et l’alcool en soirée pour oublier mes tracas.
 
Je dépense sans compter l’argent de ma marge étudiante.
 
Et même si je fais 70 000$ de contrat cet été là, je sors de cette aventure avec 25 000$ de dettes.
 
Quand l’automne arrive, je dois absolument me trouver un travail à temps plein pour vivre.
 
C’est impossible pour moi d’être étudiant avec un travail à temps partiel. 
 
Je dois faire de l’argent. Genre immédiatement.
 
Je prends donc une pause indéterminée de mon baccalauréat que je terminerai plus tard.
 
Je décide de retourner demander un emploi à l’usine. 
 
Mais cette fois, je me dis qu’avec l’enfer que je viens de vivre, je mérite un poste dans les bureaux en Ressources Humaines.
 
On se rappelle ici. 
 
Je n’ai pas terminé mes études et la dernière fois qu’ils m’ont vu, j’étais journalier étudiant dans l’usine.
 
Par politesse, ils me reçoivent en entrevue. 
 
Clairement, la femme qui me reçoit n’a aucune intention de me considérer pour un poste en RH. Elle est polie avec moi.
 
Mais moi, je viens de passer un an de ma vie à me débattre, à vendre et acquérir de l’expérience comme un survivant qui tente de rester en vie en escaladant l’Everest (ok peut-être un peu poussé, mais comprenez que je suis au bout du rouleau)
 
Je me vends, je démontre mes compétences, mon expériences, mon courage, ce que j’ai appris, comment je peux les aider, etc.
 
Et finalement, trois entrevues et 5 heures plus tard, je suis engagé comme conseiller en RH. Je vais passer des entrevues d’embauches et plus tard devenir coordonnateur marketing du département.
 
J’ai travailler 3 ans dans cette entreprise. Encore aujourd’hui, je suis reconnaissant de tout ce qu’ils m’ont permis d’apprendre.
 
 
Cette première gifle entrepreneuriale, comme je l’appelle affectueusement, m’aura permis de passer de journalier étudiant à conseiller en ressources humaines à 19 ans.
 
Ses deux expériences comme entrepreneur peintre et conseiller RH me servent encore à chaque jour dans mon rôle d’entrepreneur.
 
Comme quoi c’est parfois intelligent de faire des moves stupides.
 
PS: Cette même expérience d’entrepreneur peintre m’a aussi permis d’avoir un poste de conseiller financier 7 ans plus tard à cause des compétences en vente que j’avais développé.
 
PPS: Ma dette de 25 000$ s’est transformé en une série de prêts personnels que j’ai finalement payé en totalité en 2019 (oui, 17 ans plus tard) pour devenir complètement libre de dettes personnelles.
 
PPPS: Oui, je suis retourné à l’école pour terminer mon baccalauréat en marketing.

Tu aimerais recevoir toutes mes réflexions ?

Devenons officiellement des amis ;)
Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.